La circulaire 8480 annonçant les dispositions relatives à l’organisation des épreuves certificatives “CE1D” et “CESS” a été émise ce 23 février.

Ci-dessous vous trouverez les informations concernant le CESS histoire de juin 2022. Ces informations sont extraites de la circulaire 8480.

Nous attirons l’attention des enseignants d’histoire sur trois points de cette circulaire :

  1. La Fédération Wallonie-Bruxelles, tout comme l’an dernier, a fixé des priorités dans l’organisation des apprentissages. Ainsi, l’enseignant donnera la priorité à la conceptualisation et aux compétences “Critiquer” et “Synthétiser“. Ces essentiels sont repris sur notre site.
  2. Des précisions sont apportées au sujet de l’épreuve 2022. Pour rappel, la circulaire 8254 précisait les informations déjà :
  • date de passation : vendredi 17 juin 2022
  • Compétence évaluée : synthèse
  • Moment-clé : “Totalitarismes, autoritarismes et démocraties”
  • “L’épreuve 2022 impliquera la mobilisation des savoirs conceptuels et nécessitera la maîtrise de savoirs contextuels concernant le coup d’Etat des colonels en Grèce en 1967.”

La nouvelle circulaire précise que la mobilisation des savoirs conceptuels et la maîtrise des savoirs contextuels concernera le coup d’Etat des colonels en Grèce en 1967.

D’autre part, les élèves pourront disposer de feuilles de brouillon et d’un dictionnaire (y compris contenant une section “noms propres). 

Et pour finir, il est à noter que la pondération des indicateurs de la conclusion et et de la “langue et soin” ont été légèrement modifiés.

  • Conclusion : 15 points au lieu de 10 
  • Langue et soin : 5 points au lieu de 10

3. La circulaire apporte également une adaptation des modalités de réussite liées au CESS

Le seuil de réussite est fixé à 50 % des points.

La décision d’octroi du certificat d’enseignement secondaire supérieur à l’élève est basée sur les résultats obtenus à l’épreuve externe pour ce qui concerne la ou les compétence(s) ciblée(s) dans la discipline évaluée, et les résultats aux évaluations internes pour ce qui concerne les autres compétences relatives à cette discipline.

La pondération des compétences visées par les épreuves externes par rapport aux autres compétences est laissée à l’appréciation du conseil de classe.

En cas de réussite à une épreuve externe, le conseil de classe considère que l’élève a atteint la maitrise de la ou des compétence(s) visée(s) dans la discipline concernée.

Le conseil de classe peut estimer que l’élève qui n’a pas satisfait ou qui n’a pas pu participer à l’épreuve maitrise les compétences et les savoirs visés. Il doit alors fonder sa décision sur le dossier de l’élève comportant :

  • la copie des bulletins des deux années suivies au 3e degré ;
  • un rapport circonstancié du ou des enseignants titulaires dans la ou les disciplines concernées.

Le conseil de classe fait porter au dossier tout autre élément qu’il estime utile (besoins spécifiques, points de matière qui n’ont pas pu être enseignés en classe au cours des deux dernières années).

Pour ce qui concerne les évaluations externes liées au CESS, qui évaluent essentiellement des compétences entrainées au cours des deuxième et troisième degrés, et une partie des compétences seulement, l’impact de la situation sanitaire sur la préparation des élèves aux épreuves est limité.

Cependant, en histoire, dans le cas peu probable où les savoirs préalables (qui ont été annoncés par la circulaire 8254 du 10/09/2021 relative aux dates de passation et dont la mobilisation ne constitue qu’une faible partie des points de l’évaluation) n’auraient pas pu être enseignés, la procédure suivante sera appliquée, de façon exceptionnelle.

Pour chaque élève ayant échoué, dès la fin de l’encodage des résultats, l’enseignant calcule, à titre indicatif, le score obtenu à l’épreuve en ne prenant pas en compte la mobilisation de savoirs préalables. Un outil sera mis à disposition des directions afin de faciliter le calcul. Lors des délibérations du conseil de classe, le score indicatif est également exploité afin de prendre la décision la plus juste pour chaque élève en situation d’échec.

Les conditions de réussite prévues par le règlement des études du pouvoir organisateur restent pleinement d’application sauf en cas de décision ultérieure du gouvernement.

Vous trouverez davantage de précisions et notamment des informations concernant les compétences évaluées pour l’année scolaire suivante 2022-2023 dans cette circulaire.